Bujaleuf, Linards, Royères, Sauviat-sur-Vige et Sussac adhèrent à la Charte "Zéro pesticide dans nos villes et villages" ! - 15.10.2019


Mardi 15 octobre 2019, cinq nouvelles communes du Pays Monts et Barrages ont signé la Charte "Zéro pesticide dans nos villes et villages" lors d'une journée spécialement dédiée à l'évènement et qui s'est déroulée en deux parties à Neuvic-Entier : une animation de Limousin Nature Environnement à l'école pour sensibiliser les élèves à la biodiversité le matin et la signature officielle de la Charte en soirée.

La sensibilisation des plus jeunes à la biodiversité

Le programme de la journée a débuté à l'école de Neuvic-Entier, par une animation scolaire dispensée par Limousin Nature Environnement (LNE). Celle-ci se déroulait dans la classe de CP, alors qu'une précédente fin septembre avait eu lieu pour la classe de CE1. Le but des animations scolaires est de sensibiliser les écoliers à la biodiversité qui nous entoure afin de leur expliquer pourquoi il est important de la protéger. Insectes, amphibiens, mammifères, oiseaux et plus encore : les élèves ont pu s'amuser à découvrir les animaux de nos contrées et les ranger par grandes familles. Ils ont pu aussi comprendre les dangers sur la santé humaine et sur l'environnement liés à l'usage des pesticides.

 

Cette animation fait partie du programme de communication à destination des citoyens prévu pour chaque commune adhérente à la Charte. Les élèves de Neuvic-Entier pourront, d'ici quelques semaines, profiter de la seconde partie de l'animation : une sortie en forêt à la découverte de la biodiversité qui s'y cache !

cinq nouvelles signatures en 2019 : un record

En signant la Charte "Zéro pesticide dans nos villes et villages" le soir du mardi 15 octobre, Bujaleuf, Linards, Royères, Sauviat-sur-Vige et Sussac ont fait de 2019 l'année la plus prolifique au nombre de signatures en Pays Monts et Barrages depuis que la Charte s'y déploie. Pour célébrer cette dynamique collective mais aussi les 10 ans de la Charte créée par Limousin Nature Environnement, les nouvelles municipalités signataires ont été conviées à effectuer une signature commune à Neuvic-Entier.

 

La soirée, à laquelle Mme AUPETIT-BERTHELEMOT, membre de la Comission permanente du Conseil départemental, était présente, a été l'occasion de mettre en avant les partenaires du PETR du Pays Monts et Barrages pour l'animation de la Charte sur notre territoire. Ainsi, M. Michel GALLIOT, président de LNE, et M. Denis TAURON, directeur de la FREDON Limousin, ont pu prendre chacun leur tour la parole pour rappeler les actions mises en place par leurs structures respectives en faveur de la protection de l'environnement et de la lutte contre les pesticides.

M. Michel GALLIOT, président de Limousin Nature Environnement, prenant la parole lors de la signature de la Charte Zéro pesticide.

De plus, les mairies de Saint-Paul, Neuvic-Entier et Le Châtenet-en-Dognon, toutes trois communes signataires de la Charte, ont à tour de rôle partagé leurs expériences de la gestion "Zéro pesticide" des espaces verts et des voiries. Ces témoignages, ont permis de mettre en lumière les difficultés rencontrées lors la transition vers une démarche excluant les produits phytosanitaires, mais aussi les réussites et les enjeux à venir pour chacune de ces communes.

 

Enfin, les élus des cinq nouvelles communes adhérentes de 2019 ont été invités par M. Sébastien MOREAU, président du PETR du Pays Monts et Barrages, à signer la Charte avant que la soirée ne se termine par un pot d'amitié entre tous les convives.

Rangée du haut : Denis TAURON (Directeur de la FREDON Limousin), Michel GALLIOT (Président de LNE), Christelle AUPETIT-BERTHELEMOT (membre de la Comission permanente du Conseil département de la Haute-Vienne) et Sébastien MOREAU (Président du PETR du Pays Monts et Barrages)
Rangée du bas : Franck LETOUX (maire de Royères), Jean-Pierre NEXON (maire de Sauviat-sur-Vige), Gisèle FAURE (maire de Sussac), Jean-Claude SAUTOUR (maire de Linards) et Pascal BODIN (adjoint au maire de Bujaleuf)


Atelier de démonstration de matériel "Zéro pesticide" à Bujaleuf - 24.09.2019


Le mardi 24 septembre 2019, un atelier de démonstration de machines et outils adaptés à une gestion « Zéro pesticide » des espaces verts et des voiries a été organisé par le PETR du Pays Monts et Barrages, la FREDON Limousin et Limousin Nature Environnement (LNE). Cet évènement, auquel l’ensemble des communes du territoire du Pays Monts et Barrages était convié, s’inscrit dans le cadre de l’animation de la Charte « Zéro pesticide dans nos villes et villages ».

 

Si cette dernière a 10 ans cette année, ce n’est que depuis 2017 que la loi Labbé interdit aux collectivités locales l’usage de produits phytosanitaires (exception faite des cimetières et des terrains de sport) pour faire face aux risques sanitaires et environnementaux dont ils sont la cause. Bien que plusieurs municipalités du territoire n’aient pas attendu l’évolution de la législation pour s’engager dans cette démarche en intégrant même les cimetières et terrains de sport dans leur gestion « Zéro phyto », il était nécessaire de renforcer l’accompagnement des communes afin qu’elles s’adaptent au nouveau cadre légal. Pour cela, le PETR du Pays Monts et Barrages a consolidé ses liens avec la FREDON Limousin et LNE pour fournir aux communes l’appui le plus complet possible. Celui-ci se décline sous trois aspects :

 

- Le conseil technique, effectué par la FREDON Limousin, qui effectue des préconisations sur le matériel adapté aux spécificités de chaque commune et sur les plans de gestion à mettre en place.

- L’animation par LNE des opérations de communication sur les démarches des collectivités et de sensibilisation auprès des habitants et du jeune public.

- Le soutien financier grâce au programme européen LEADER en faveur du développement des territoires ruraux, qui permet aux communes signataires de la charte de financer l’achat de matériel adapté à une gestion « Zéro pesticide » à hauteur de 80%.

 

Pendant cette demi-journée de démonstration, les élus et agents communaux du territoire ont pu voir en action un large panel d’outillage : broyeurs d’accotement, broyeurs de végétaux, désherbeurs thermiques et eau chaude, robots de tonte, etc. Les gammes électriques ont particulièrement suscité l’intérêt car, en plus de leur intérêt écologique, elles présentent un confort d’utilisation supplémentaire du fait de la considérable réduction des vibrations par rapport aux machines thermiques. Cet évènement a également permis d’installer un véritable échange entre participants autour des problématiques liées à la gestion des espaces communaux et des bonnes pratiques à mettre en place.

 


Démonstration d'une broyeuse autoportée à Sussac et Saint-Léonard-de-Noblat - 16.07.2019


Le mardi 16 juillet 2019, les élus et agents communaux de Sussac et de Saint-Léonard-de-Noblat ont assisté à la démonstration d’une tondeuse/broyeuse autoportée. Chacune d’entre-elles a duré environ deux heures, temps nécessaire à la présentation des caractéristiques techniques de la machine, à une démonstration de ses différentes fonctions sur le terrain, et même à son essai par les agents.

UN OUTIL ADAPTÉ A LA GESTION DIFFERENCIÉE

Cet outil permet de mettre en place une gestion différenciée des espaces verts, c’est-à-dire un entretien de ces derniers selon leurs caractéristiques et leurs usages. Cette méthode de gestion, qui peut être résumée par la phrase « Entretenir autant que nécessaire mais aussi peu que possible », permet aux communes d’optimiser le travail de leurs agents en fonction des moyens matériels et financiers dont ils disposent. Elle est également plus respectueuse de l’environnement et de la biodiversité ce qui la rend adaptée aux nouvelles pratiques d’entretien des espaces communaux pour lesquels il est dorénavant interdit d’utiliser des pesticides (Loi Labbé 2017*).

Une machine "couteau suisse"

La tondeuse/broyeuse autoportée a pour avantage d’être très polyvalente. En effet, elle s’adapte à une grande variété de terrains (cf. photos) et d’activités. Si sa fonction première est de broyer l’herbe en mulching ou pour la ramasser, son système de couteaux aisément interchangeables lui permet d’obtenir des résultats proches d’une tonte classique, de ramasser des déchets verts tels que des feuilles mortes ou des résidus de taille de haie et même de défeutrer le sol grâce à des couteaux scarificateurs. Ces derniers vont venir griffer le sol pour l’aérer ce qui va notamment favoriser la pousse de la pelouse au détriment des « mauvaises herbes ». Cet usage est particulièrement intéressant pour entretenir les terrains de sport.

La gestion « zéro pesticide » des espaces communaux, une démarche qui s’accélère en Pays Monts et Barrages

De 2010 - année d’adhésion des premières communes du territoire (Saint-Léonard-de-Noblat, Saint-Paul, La Croisille-sur-Briance) à la Charte « Zéro pesticide » (une Charte d’engagement portée par Limousin Nature Environnement et la FREDON Limousin) - à aujourd’hui, la démarche zéro-pesticide en Pays Monts et Barrages a changé de visage. L’évolution de la législation nationale par la loi Labbé en 2017 a poussé les communes à revoir entièrement leurs pratiques ou tout du moins à approfondir et améliorer leur gestion « zéro pesticide ». Afin d’accompagner les communes dans cette transition et d’amortir les coûts matériels (achat de nouveaux outils et machines) et immatériels (formation des agents et des élus, communication et sensibilisation auprès des administrés)  générés par celle-ci, le PETR du Pays Monts et Barrages a fait le choix de renforcer l’animation de la Charte Zéro Pesticide avec Limousin Nature Environnement et la FREDON Limousin. De plus, grâce au programme européen LEADER en faveur du développement des territoires ruraux, les communes signataires de la Charte peuvent dorénavant bénéficier de financements pour l’achat de nouveau matériel. Ces nouveaux dispositifs ont pour l’instant encouragé cinq communes supplémentaires à adhérer à la charte en 2019, ce qui en fait d’ores-et-déjà l’année la plus dynamique au nombre de nouvelles signatures.


*La loi Labbé interdit aux collectivités locales, aux établissements publics et à l’Etat d’utiliser ou de faire utiliser des produits phytosanitaires pour l’entretien des espaces verts, forêts, promenades et voiries accessibles ou ouverts au public.