Portrait économique du Pays Monts et Barrages


Économiquement, le Pays Monts et Barrages s’articule autour de 3 pôles principaux (Saint-Léonard-de-Noblat, Eymoutiers et Châteauneuf-la-Forêt) ayant une densité d’entreprises relativement importante à l’échelle du territoire.

Des pôles d’équilibre (Saint-Paul, Sauviat-sur-Vige, Bujaleuf, Nedde, Peyrat-le-Château, La Croisille-sur-Briance, Linards…), composés d’entreprises de proximité, desservent la population en services du quotidien.

Les secteurs d'activité

> Savoir-faire locaux :

Historiquement, il existe une culture industrielle et des savoir-faire locaux

  • le textile et le cuir (activités ayant quasiment disparu, à l'exception de la Tannerie Bastin à Saint-Léonard-de-Noblat), 
  • la porcelaine (3 sites de production sur le canton de Saint-Léonard-de-Noblat : JL Coquet, Porcelaine Carpenet et Médard de Noblat), 
  • le papier carton (1 établissement de fabrication d’emballages cartons à Châteauneuf-la-Forêt : Saica Pack).

> L'exploitation forestière :

Liée à l’importante couverture sylvicole, l’exploitation forestière tient une place majeure dans l’économie locale.

A l’échelle du Pays Monts et Barrages, le secteur industriel du bois-papier-imprimerie représente 6,9% des effectifs salariés, avec présence de l’ensemble de la chaîne : sciage, menuiserie et charpentes, carton.

> L'agriculture :

L’agriculture est un des piliers de l’économie locale, comme dans tout territoire rural : elle concentre 800 emplois en 2013, soit 13,8 % de l’emploi total contre 5,3 % en Nouvelle-Aquitaine. Après avoir connu de sévères pertes d’emplois agricoles entre 1999 et 2008, le Pays Monts et Barrages est un des rares territoires de la région qui ne semble pas en avoir perdu entre 2008 et 2013. La surface agricole utile s’est réduite de 3,5 % entre 2000 et 2010.

 

L’orientation technico-économique dominante est l’élevage bovin viande au sud, mixte lait-viande au nord

Les agriculteurs exploitants du territoire sont plus âgés que la moyenne régionale : 52,6 % ont 50 ans ou plus, contre 50,3 % en Nouvelle-Aquitaine.

En 2010, la pratique des circuits courts commençait à se répandre : 12% des exploitations vendaient en circuits courts, soit un peu plus que la moyenne de l’ex-Limousin (10%). Cependant, la production commercialisée par ce biais était réduite (seulement 3% de la  production agricole brute).

Un pôle « viandes locales » est en cours de montage à l’abattoir d’Eymoutiers.

> L'hébergement médico-social et l'action sociale :

Ces secteurs représentent 13,2% des effectifs salariés, se plaçant ainsi parmi les premiers employeurs du Pays Monts et Barrages.

Un tissu économique dense

Le tissu économique du Pays Monts et Barrages est en grande majorité constitué de TPE. Elles y sont plus représentées que dans la plupart des territoires ruraux. Elles occupent 38 % des effectifs salariés du territoire. La moitié des salariés est employée par des établissements de moins de 20 salariés.

Par ailleurs, 3 établissements de plus de 100 salariés sont localisés sur le territoire :

un centre hospitalier, un EHPAD et un établissement industriel (Saica Pack -ex Emin Leydier- produisant papiers et cartons ondulés, emballages en carton). Ils regroupent seulement 13,5% de l’emploi salarié.

 

Le territoire compte également 8 établissements de 50 à 99 salariés, employant 14,1% des salariés : des établissements publics et d’hébergement médico-social et social, ainsi que 2 établissements industriels, JL Coquet (arts de la table) et SA Galalitum (fabrication de pièces techniques à base de matières plastiques).